AccueilThématiquesK-DramaL’Empire du Sourire : peu originale, mais hautement addictive

L’Empire du Sourire : peu originale, mais hautement addictive

À chaque diffusion d’un nouvel épisode, L’Empire du Sourire – King the Land – se faufile dans le top 10 des programmes les plus regardés de Netflix. Et si la série de l’été était une comédie romantique coréenne ?

King The Land

En apparence, tout sourit à Gu Won. Pourtant, l’héritier du King Group broie du noir. Abandonné par sa mère à un jeune âge, il s’est forgé une carapace d’indifférence aux autres, bien à l’abri de toute émotion. Une lettre mystérieuse sur l’identité de sa mère le pousse à quitter l’Angleterre pour revenir auprès des siens à Séoul. Accueilli comme un roi par son père, il est rapidement intégré au groupe hôtelier familial, au grand désespoir de Gu Hwa-Ran, sa demi-sœur. Une course à la succession éclate alors entre les deux descendants, qui sont loin d’être animés par les mêmes intentions.

Le retour de Gu Won au sein du King Hotel lui permet de croiser le chemin de la séduisante Cheon Sa-Rang, une employée exemplaire dont le sourire infatigable a le don de l’agacer. Au fil de leurs rencontres, souvent imprévues, les deux protagonistes se découvrent, échangent et finissent par partager les mêmes valeurs… et les mêmes sentiments.

Un succès immédiat

Diffusé simultanément sur JBTC et Netflix, L’Empire du Sourire n’a pas mis longtemps pour s’imposer dans le cœur des téléspectateurs. Dès les premiers épisodes, une envie irrésistible d’en savoir plus sur les personnages et de suivre leurs péripéties amoureuses s’empare de nous. L’alchimie indéniable entre Lee Jun-Ho et Im Yoon-Ah, les acteurs principaux, doit y être sûrement pour quelque chose. Certes, la série n’invente rien. Au contraire, elle se repose sur des bases bien connues : la « pauvre employée » qui tombe sous le charme de l’héritier malheureux d’une famille de chaebol. Et comme dans la plupart des drames coréens, les intrigues sont nombreuses. Certaines s’éternisent, plusieurs sont délaissées en cours de route et d’autres sont expédiées en fin de saison sans réel dénouement.

Ironiquement, les épisodes de remplissage sont, eux, toujours présents. De quoi laisser au public un goût de trop peu et une sensation d’avoir été berné. Mais les héros sont si attachants qu’on finit par se prendre au jeu, une nouvelle fois. Les seconds rôles, tout aussi adorables, se développent gentiment de leur côté et les antagonistes sont tellement convaincants qu’on se délecte à l’avance de leur chute.

Un épisode à débat

Cependant, l’introduction d’un nouveau personnage, Samir, prince arabe et vieille connaissance de Won, suscite le débat. Invité à séjourner à King The Land, une branche de l’hôtel réservée aux clients les plus fortunés, Samir est dépeint comme étant un véritable coureur de jupons avec qui l’alcool coule à flot. Certains téléspectateurs étrangers n’ont pas tardé à accuser la série de montrer une image erronée de la culture arabe. Les appels au boycott se sont multipliés à une telle vitesse que la chaîne a publié un communiqué pour s’excuser et promis « de faire plus attention […] pour que personne ne soit mal à l’aise devant le drama ».

King The Land

La série feel-good de l’été

L’Empire du Sourire vient de tirer sa révérence. Et comme il est de coutume dans les k-dramas, on n’était pas encore prêt mentalement à faire nos adieux à cet univers feel-good.

L'empire du sourire
L'empire du sourire

L’empire du Sourire
Titre alternatif : King The Land
Genres : Comédie, Romance
Networks : JTBC, Netflix
Episodes : 16
Casting : Im Yoon-Ah, Lee Jun-Ho, Go Won-Hee, Kim Ga-Eum, Ahn Se-Ha, Kim Jae-Won
Disponible sur Netflix

Voir notre article sur King the Land – Le Webtoon

Donnez votre avis en commentaire ou venez débattre avec la communauté ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici


Retrouvez notre magazine

Les derniers articles

Greenhouse

Greenhouse: Un thriller psychologique haletant et déroutant

0
Greenhouse dépeint avec brio l’extrême ironie de la vie d’une femme, séparée, luttant contre la dépression, qui n’a que pour seul souhait, de vivre...